Chroniques

La CEGQ publie de nombreuses chroniques dans son Journal de l'entrepreneur général, parfois écrites à l'interne mais aussi par des collaborateurs à l'externe.

Éditorial - Ce que la CEGQ fait pour vous

Ce que la CEGQ fait pour vous

Par M. Eric Côté / 
Vice-président exécutif de la Corporation des entrepreneurs généraux du Québec

 

Nous savions tous que l’Assemblée générale annuelle n’était pas la partie la plus excitante du congrès de la CEGQ. Par le passé, cet exercice avait lieu devant un groupe assez restreint. C’est pourquoi nous avons décidé cette année de la tenir durant le petit déjeuner du jeudi matin lors de notre congrès pour permettre une reddition de comptes devant un plus grand nombre de participants qu’auparavant, mais aussi pour le faire en toute transparence avec l’ensemble des congressistes. Afin de rendre l’exercice plus intéressant et utile, nous avons laissé plus de places aux échanges et aux questions. Cela nous a permis de recueillir directement les préoccupations de nos membres. Parmi les interventions, deux anciens présidents du conseil d’administration ont posé des questions intéressantes. Le premier nous a rappelé les effets de la pénurie de main-d’oeuvre, notamment au niveau des agents de prévention et un second a mentionné les relations de plus en plus difficiles avec les donneurs d’ouvrages. En fin de compte, ils se sont tous deux demandé : qu’est-ce que la CEGQ peut faire pour nous ? Nous avons de plus eu l’occasion d’expliquer les stratégies et les actions que nous prévoyons mettre en oeuvre au cours de l’année pour défendre les intérêts des entrepreneurs généraux. 

 

Elles se déclinent comme suit:

 

1. Saisir l’opportunité de mettre en place de nouvelles instances comme l’Autorité des marchés publics (voir l’article sur les dossiers chauds en page 10).

 

2. Prendre les moyens pour rétablir un véritable dialogue avec les donneurs d’ouvrages au niveau provincial, mais aussi municipal.

 

 

Les marchés publics problématiques

La réalité difficile des entrepreneurs, nous la connaissons à la CEGQ.Il ne se passe pas une journée sans qu’un entrepreneur nous contacte pour soumettre un problème lié à un contrat public. Nous observons que les donneurs d’ouvrages publics ont particulièrement tendance à s’éloigner des exigences légales. De plus en plus, des clauses abusives font leur apparition dans les contrats. À force de modifier les contrats, il n’y a plus de standardisation. Tout cela décourage les entrepreneurs généraux à rester dans le secteur des contrats publics. À terme, les donneurs d’ouvrages doivent se demander pourquoi ils ont de moins en moins d’entreprises qui répondent aux appels d’offres. Nous célébrons le 10e anniversaire de la loi sur les contrats publics et du règlement sur les travaux de construction. Il serait temps de se faire un cadeau et de les réformer pour mieux tenir compte de la réalité des entrepreneurs.

 

Où se trouve le rapport perdu sur le BSDQ ?

Lorsqu’il a nommé son conseil des ministres, le premier ministre François Legault a confié le dossier du BSDQ à la ministre des Affaires municipales, Mme Andrée Laforest. La tâche de rendre les recommandations du comité de suivi du BSDQ publiques en lien avec recommandations de la Commission Charbonneau (CEIC) incombe donc à Mme Laforest. Depuis octobre 2016, il y a bientôt trois ans, l’ancien gouvernement a donné le mandat à un comité interministériel (trois ministères et un organisme) de lui faire le suivi des recommandations de la CEIC concernant le BSDQ. Selon le gouvernement, le rapport sera public. Nous surveillons de près le dossier, il va sans dire.

 

Pour consulter le journal intégral, cliquez ici.

 

Retour à la liste des nouvelles